Bâtiment Zéro Carbone… État des lieux

Neutralité carbone, une approche globale

Avec près de 45% de la consommation totale d’énergie et d’émissions du monde entier, le rôle central que le BTP joue dans la bataille écologique, ne fait aucun doute.

Ni label, ni loi… le concept de « bâtiment Zéro Carbone » englobe une démarche multi-dimensionnelle visant à approcher au maximum la neutralité via l’amélioration des performances énergétiques et environnementales du site.

Car son impact va bien au-delà de la seule énergie que le bâtiment consomme : production et traitement des matériaux, transports, politique de recyclage, entretien, rénovation, déconstruction… c’est tout le cycle de vie du lieu et chacune de ses composantes à intégrer pour en réaliser le bilan carbone avant même de le diminuer.

Si des outils régionaux comme Totem en Belgique existent ou des labels spécifiques (Chantier Zéro Carbone), on comprend que l’objectif de neutralité est complexe et ne peut être validé qu’à travers une approche holistique associant tous les acteurs du secteur, à chaque étape des chantiers.

SNBC > la feuille de route

Depuis 2015, c’est la SNBC (Stratégie Nationale Bas Carbone) qui tient lieu de feuille de route au gouvernement, pour atteindre l’impératif du Zéro Carbone d’ici 2050.

Objectifs & moyens y ont été listés par secteur, notamment celui du Bâtiment.

> Actions en cours

Au-delà des 500 000 rénovations du parc existant prévues par an, les actions d’amélioration de la performance énergétique des nouveaux bâtiments à construire s’appuient sur les nouvelles règlementations de la RE2020. Ces dernières sont orientées autour de 3 objectifs :

> Résultats attendus

  • Baisse de 49% d’émissions GES en 2030 (par rapport à 2015)
  • Décarbonation totale en 2050

L’ère de l’intelligence et de la résilience

Plus largement encore, le Bâtiment est au cœur d’un environnement en pleine redéfinition. Au-delà de la nécessité de constructions et rénovations propres, le dérèglement climatique lui impose de répondre à de nouveaux enjeux de résilience et d’intelligence.

Entre smart cities et bouleversements météorologiques, considérer l’ensemble des facteurs naturels impactant le bâti afin d’en garantir le bon fonctionnement en toutes circonstances tout en intégrant la ville digitalisée, fait naître de nouvelles façons de construire.

Façades bioclimatiques permettant l’optimisation des échanges thermiques entre intérieur et extérieur, gestion à distance et automatisation, interopérabilité des capteurs avec des équipements connectés (protections solaires, systèmes de refroidissement, alarmes…), maintenance prédictive… le smart building ouvre de nouveaux espoirs à l’aube d’une nouvelle ère pour la Construction.

Le marché du Smart Building pèsera 128 milliards $ d’ici 2027 avec une croissance de 12% par an

(prévisions Qualcomm Technologies)

 

Commentaires (0)

Hide Show

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CALL ME BACK