What’s new in 2022? Les 4 tendances IoT (et plus si affinités…)

Essor du smart office, démocratisation de l’IoT, mise en œuvre de la RE2020, décollage de la norme Matter… ça accélère dans le bâtiment et la maison connectés ! Et si la COVID a montré tout le potentiel de l’IoT comme «levier majeur d’adaptation à la crise» selon le cabinet BearingPoint, de nombreux défis animent le marché pour les années à venir…

Smart office/smart building : humains & bâtiments, même combat

La pandémie a flouté toujours plus les frontières entre bureau et maison, avec l’adoption massive du télétravail. Conséquences de ce changement de paradigme : le boom des solutions connectées visant à améliorer les expériences collaboratives ou en réunion, le bouleversement de l’aménagement de bureau et le déploiement accéléré du smart office pour une meilleure performance des employés et une meilleure gestion de leurs échanges.

Combinant IA, IoT et GTB, le bâtiment intelligent est plus que jamais appelé à devenir la norme. Interconnexion des équipements, dispositifs de reconnaissance vocale et visuelle, capteurs météo, sanitaires ou d’occupation de plus en plus innovants, outils de maintenance prédictive… toutes les technologies intégrées du bâtiment dont les systèmes d’autorégulation,  permettent d’en optimiser la consommation énergétique, la sécurité et la gestion technique tout en favorisant le confort et la santé de l’occupant.

Il est à parier que certains équipements comme les capteurs de CO2 en cours d’installation dans de nombreuses écoles du territoire pour lutter contre la propagation du COVID et autres pollutions intérieures, seront demain des objets connectés (aux ouvrants entre autres) incontournables de notre quotidien.

Un occupant serein dans un bâtiment sain… c’est tout l’enjeu des années à venir.

RE2020, mieux avec moins

Applicable dès aujourd’hui, la nouvelle règlementation Constructions neuves répond à 3 objectifs : diminuer l’empreinte carbone du bâtiment, réduire par 3 sa consommation énergétique (comparé aux constructions existantes) et adapter sa résistance aux fortes chaleurs.

Les solutions iot/smart home trouvent là encore toute leur légitimité. Dans le cas de la maîtrise de la température du bâtiment, l’automatisation des systèmes de protections (volets, stores…) et leur interconnexion avec des capteurs de luminosité et de température notamment, permet de répondre de manière optimale aux exigences des 3 indicateurs principaux mesurés dans le cadre de la RE2020.

Deux avancées de la RE2020 par rapport à la RE2012 :

  • le concept BEPOS de bâtiment à énergie positive. Comprendre, celui-ci doit désormais produire plus d’énergie qu’il n’en consomme grâce à l’utilisation de matériaux choisis (bois, terre crue…) et la génération de sa propre énergie renouvelable (panneaux solaires…).
  • le zéro gaspi, à travers la prise en compte de l’empreinte énergétique des équipements sommés de minimiser leur impact.

Atteindre le juste équilibre « passif-actif », telle est la feuille de route des nouvelles constructions.

RE2020 : principaux objectifs

  • Diminution des émissions carbone dans la construction : -30% d’ici 2031
  • Sortie des énergies fossiles : 2025
  • Seuil maximal CO2 autorisé en logement individuel : 4 kgCO2/m2/an
  • Seuil maximal CO2 autorisé en logement collectif : 6,5 kgCO2/m2/an

La Smart Home, oui mais…

Sous l’influence de la crise climatique et sanitaire associée au boom du télétravail, le nombre d’objets connectés explose pour rendre notre environnement domestique plus sain, plus confortable et plus durable. C’est une véritable démocratisation de la maison connectée qui s’annonce au moment où citoyens, promoteurs, bailleurs sociaux sont de plus en plus convaincus des bénéfices du numérique.

Reste à répondre aux enjeux de cette montée en intelligence… 

  • La sécurisation des données (qui voit déjà l’apparition de nouveaux acteurs du stockage en alternative aux grosses plateformes).
  • La sobriété. Appareils autonomes sans batterie, pommeau de douche assurant l’alimentation d’une enceinte, télécommande à énergie solaire, tableau électrique en mode « energy center »… la dernière édition du CES 21 a mis en lumière ces innovations responsables amenées à se multiplier.

Matter, standard à suivre

Dans la maison connectée, il est indispensable de s’ouvrir

Marc Westermann, Directeur produits & services chez Somfy

C’est tout le propos du nouveau protocole universel Matter développé par la Connectivity Standards Alliance (ex-Zigbee) et de nombreux acteurs de poids comme Google, Amazon ou encore Apple.

Son but ? La standardisation du langage des objets, qui connectés nativement à Internet, peuvent tous communiquer et interagir (qu’ils utilisent Thread, le Wifi ou l’Ethernet).

Plus de compatibilités, plus de simplicité à l’intégration, plus de services possibles avec une maintenance facilitée et la mise à jour des niveaux de sécurité renforcée… Matter favorise les partenariats et la convergence, emportant l’adhésion de plus en plus de fabricants IoT.

Bénéfices pour les consommateurs : une homogénéisation des modes d’appairage pour une expérience simplifiée. Et la garantie d’un protocole robuste et pérenne pour leurs équipements pendant toute leur durée de vie.

Premiers certifiés Matter, des produits d’éclairage et d’électricité, suivis par de nombreuses autres catégories lors des prochains mois. A suivre…

Commentaires (0)

Hide Show

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CALL ME BACK